Et si l’étymologie devenait une pratique régulière voire quotidienne, mais aussi collective et populaire ? Autrement dit : et si l’étymologie passait d’une pratique réservée à certains à une pratique courante ?

Soirée Étymos, le lundi 30 avril à 19h à la Maison des Associations de Chambéry, Salle Amphi F011.soiree_etymos_avril_2018

Préparations personnelles

L’idée centrale de cette approche est de déboucher sur une pratique courante. Pour cela, les moments de partage collectifs peuvent être nourris par des recherches et des préparations personnelles qui précédent les rencontres.

Toute pratique suggère une bonne mise en conditions, c’est-dire tout simplement de se rendre attentif à l’objet de notre recherche au fil des jours ou à certains moments que l’on déterminera (en famille, entre amis, seul à seul).
Chaque membre est donc invité à se poser des questions d’ordre étymologique sur des mots rencontrés au fil des jours d’ici la tenue des rencontres via un questionnement du type : « Tiens, mais c’est quoi l’origine de ce mot… ?! oh surprise, ça vient de là, c’est fou… mais alors, quand on dit… ça veut dire aussi que…mais alors… et donc… Ha mais c’est trop drôle… ! » et de prendre bonnes notes de ses recherches et trouvailles et de ses interprétations.
A ce titre nous conseillons le dictionnaire historique de la langue française de Alain Rey. Mais pour les personnes ne disposant pas de ce merveilleux ouvrage, l’usage d’Internet permet également de faire des recherches étymologiques.

Remarque subsidiaire : le fait d’ajouter à l’étymologie des considérations autour des jeux de sonorités ou poétiques (Cf : « la langue des oiseaux ») dans le cadre du décorticage d’un mot est tout à fait possible et rajoute une richesse notoire (la « langue des oiseaux » et l’Étymologie ne sont pas en concurrence, au contraire).

Cette démarche philosophique s’inscrit dans une logique de gratuité.

Plus de renseignements : http://www.descolarisation.org/pdf/pratiquons_ensemble_letymologie.pdf