En UN, le bétonnage des berges du  LAC

CABANE de l’ALIGNEUR

Perchée sur un plateau de béton grassement enroché, qui fait une saignée sur les rives sauvage et boisée de la côte est du lac, les maîtres d’ouvrage l’ont fait passer pour légère…. c’est la « cabane de l’aligneur » pour le  contrôle des alignements des avirons aux départs des compétitions. Une dépense d’argent public inutile…

Cette construction de 2014 , côte Est, du lac d’Aiguebelette est un exemple des dégradations commises par les organisateurs  des compétitions d’aviron avec l’autorisation des élus, pourtant en charge des biens communs de la population locale comme de  toute la région : des centaines de milliers de Rhône alpins aiment venir ici goûter l’ombre et le frais de ses belles petites eaux (les aigues belettes) turquoises, encore si pures et (normalement) si calmes

Le PLU d’Aiguebelette-le-lac classe toute la côte sauvage en Zone Naturelle protégée (Np) inconstructible en dur.

C’est pourtant le contraire qui a été autorisé par les élus de Savoie : enrochements 315 tonnes, bétonnage 2,4 tonnes…
Le défrichement a été « sauvage », c’est à dire opéré sans que les demandes d’autorisation légales n’aient été faites.
La zone de boisement, protégé par le code forestier, a été violée, en évidente préméditation.
L’action interdite par la loi met tout le monde devant le fait accompli.
Puis on « régularise » les actes administratifs ôtant ainsi toute possibilité d’entrave au projet…

En DEUX, un pastiche  de LAMARTINE

Ô LAC !

Sur l’océan des retours sur investissement
et de la croissance infinie
l’argent toujours pousse vers tes rivages,
affairistes, agents immobiliers et toxiques effluents

Mais dans notre cuvette finie

Nous pouvons convaincre tes élus de protéger, de la fièvre routière et immobilière, tes eaux turquoises si jolies

de stopper le mitage des verts paysages

de ton bassin versant

 Enfin, de tes bords à tes bords répétés

que tu voies les tribunaux défaire l’ illégal béton

de tes championnats d’aviron passés

Que l’astre au front d’argent

qui blanchit tes flots de ses molles clartés

voit tes vrais défenseurEs, tels SOS lac, se lever par milliers.

 

En TROIS  (De notre correspondant particulier)

Surprise à l’AG de la FAPLA (fédération d’associations de protection du lac)

C’était samedi dernier

un  conflit d’intérêt est mis en évidence par le représentant de la FRAPNA et de la Ligue de la Protection des oiseaux. Il s’agit de la vente par la collectivité locale, d’une ancienne maison sise en zone sauvage, au bord du lac. La transaction a été assurée par une société immobilière d’une notoire activiste et défenseurE du lac !!!  Ce qui est étonnant pour l’observateur citoyen amoureux de ces lieux de bio diversité conservée, c’est que cette maison est destinée à devenir une guinguette, et que, pour facilitr la vente, elle a été dotée par la Collectivité vendeuse, et tout exprès, d’un ponton de 12 mètres de long….Bonjour l’animation adieu la tranquillité de la faune riveraine…

Un observatoire pédagogique de cette faune et du lac aurait pu voir le jour en ce lieu ultra protégé.
Mais suite à l’investissement surdimensionné de la Maison du Lac comme siège de la Communauté de commune, et de la Maison du tourisme (ah ! vendre ce que Dieu ou la nature ont mis 4 milliards d’années à façonner) toute en béton et tout au bord du lac et des palafittes (moins 4 700 ans déjà ils aimaient pêcher ici) …  il faut trouver des sous…
Ainsi vont ces rivages enchanteurs ….
Ils sont (oui oui c’est une modeste partie de lac mais une si belle) livrés peu à peu aux grignotages des Z’investisseurs par les Z’élus en charge de nos biens communs, en principe et par définition, communaux Z’et inaliénables.
En toute démocratie, on en est loin,  c’est toute la population riveraine qui aurait dû avoir à en DECIDER, et d’abord à en connaître.
Les communs en régime libéral deviennent ainsi peu à peu des biens privés, il y a longtemps que ça a commencé (Angleterre enclosures) et que ça a ruiné les plus pauvres.
Voici du bon commerce privé lucratif.
L’acheteur en sa personne pas plus que les élus en leur personne ne sont en cause. C’est l’époque, les croyances, l’argent roi, le commerce, la croissance infinie, qui dévorent une planète finie, c’est  le mépris de la nature saccagée jusqu’à l’extrême …où les familles devront payer pour accéder là où quelques réparations pouvaient en faire une maison commune de la nature des habitants et des beautés fragiles et splendides de leur Lac .

« Ô temps suspends ton vol » et vous décisions malheureuses Z’élus Z’et investisseurs suspendez votre cours …
« Laissez nous savourer » notre lac sans coca cola cancérogène (très probable) ni barque à louer (à 30 euros la demie heure) comme à Aix la marchandisée aux futures tours jumelles de 17 étages en centre historique et aux l’HLM coïncés  à ras les voies ferrées et le boulevard ultra pollué.!!! (et j’en passe de bien pire, mais pour plus tard)

Une seconde C’est quoi ce truc ?… Une « cabine » de chronométrage pour grandes compétitions d’aviron.1 seule compétition existera en 2016 = 2 jours d’utilisation.

Cabine Inutile ? Evidemment.
Envahissante ? Evidemment.
Coûteuse ? Evidemment.
Cet immeuble a coûté 500 000 € environ à votre porte-monnaie de contribuable !!!!   Il  a été ancrée en béton et en dur pour satisfaire les caprices ostentatoires des instances sportives internationales d’aviron (FISA) obtenant une naïve obéissance des organisateurs des championnats du monde de 2015.
Car, une tour de chronométrage éphémère aurait largement suffi pour 5 jours d’évènement, et aurait rendu un espace intact aux baigneurs avec sa plage et son environnement naturel, bien commun, durable, précieux, cohérent.

Notre collectif l’avait proposé, scandé, manifesté, mais les élus, neurones activés en mode « OFF », imposèrent avec force plusieurs édifices permanents soi-disant indispensables, au mépris du territoire.
Mais notre action et sa probité pourraient encore être reconnues par le Tribunal Administratif qui jugera bientôt des illégalités que nous avons repérées lors du kidnapping opéré sur cette plage :

Construction dans les 300m du lac, interdits (zone naturelle protégée loi Montagne),
Affouillements dans les 300m du lac, interdits (zone naturelle protégée loi Montagne),
Travaux interdits dans le périmètre rapproché du captage d’eau potable,
Fondations ayant impacté la nappe phréatique en périmètre protégé,
Etude d’impact présentant des arguments irréels ou non réalisés,
Etude d’impact présentant des allégations conduisant à une désinformation publique,

GRACE à SOS LAC LE COMBAT NE S’EST PAS TERMINÉ AVEC LE MONDIAL 2015, IL CONTINUE, NOTAMMENT, AUX TRIBUNAUX.

En QUATRE – Avec quelques ALLEGEMENTS VOICI  ce qu’en DIT SOS LAC d’AIGUEBELETTE. “C’est un site à FREQUENTER ! Un collectif à rejoindre et à financer pour ses recours aux tribunaux”… André DUNY,

Collectif SOS Lac d’Aiguebelette – aviron 2015

www.soslac.com

www.facebook.com/pages/SOS-Lac-dAiguebelette

@SOSAiguebelette