https://blogs.mediapart.fr/tvnetredaction/blog/240719/burkina-faso-un-pays-riche-mais-un-peuple-maintenu-dans-la-pauvrete

Depuis notre création en juin 2010 la Tvnet citoyenne s’est intéressée à ce pays par le biais de la manifestation LAFIBALA, qui fête tous les 2 ans la coopération décentralisée entre la ville de Ouahigouya et Chambéry. A ce jour nous avons réalisé plus de 25 reportages sur ce pays, et avons été le seul média local a rendre compte sérieusement des conditions de vie des burkinabé, à dénoncer le pillage que subit ce pays, et non de l’unique affichage du volet culturel et artisanal qui est l’obsession de l’association porteuse du Festival, et qui amputé de ces réalités humaines, sociales et économiques, nous présente une réalité rabaissée à une dimension folklorique aux relents de représentations quasi néo-colonialiste . Notons que ce festival ce déroule ainsi sans qu’aucune force “de gauche” ne viennent apporter; un questionnement, une contradiction, une protestation, un avis. Comme nous ne cessons de l’indiquer dans certains de nos reportage depuis plus de 9 ans, Les matières premières (OR et Coton) du Burkina Faso sont pillés à une hauteur digne des temps coloniaux, privant le pays, l’Etat Burkinabé de ressources qui lui permettrait de développer les besoins premiers de sa population, (boire, manger, soins, travail etc….). LE SILENCE est total sur l’exploitation que subit le peuple burkinabé et qui le maintien dans la pauvreté, dans la misère.Tout ceci bien entendu avec en fond la bonne conscience d’une générosité débordante et de fait complice. Ecoeurant ! En 2019 quelle différence avec 1936, 1950…? Ici comme ailleurs la dénonciation des échanges économiques asymétriques, la vision politique est absente…les autorités et les pouvoirs s’en frottent les mains, eux peuvent déployer (consciemment ou inconsciemment) la manipulation des idées, construire des représentations fausses et partisanes , eux peuvent imposer leur idéologie d’asservissement des peuples, sans retenue, puisque sans opposition.Quelle barbarie !